24/08/2011

Le français n'a pas d'unité. (Marie-France Aurembou (CNRS))

Aurembou Marie-France, Aspects phonétiques de l’Atlas de l’Ile de France et de l’Orléanais: unité ou diversité?, in: Les dialectes romans de France à la lumière des atlas régionaux, pp. 379-400, in: Colloques ...nationaux du CNRS, 930, 1973

 

(p.379) “Nous avons choisi l’ étude de 5 voyelles orales pour lesquelles nos parlers continuent souvent des prononciatons attestées au XVIIe siècle et qui ont disparu de la prononciation moderne.”

Il s’ agit de l’ évolution de la diphtongue romane OI, quelle que soit son origine (> wè, wa, è) (dans ces parlers), du problème posé par la chute du OE provenant de la labialisation conditionnée de E central, de l’ évolution du O long et fermé latin diphtongué, de la fermeture de l’ O en U.

 

(p.396) DISCUSSION

Kurt Baldinger

“Nous nous trouvons, pour la première fois dans ce colloque, dans une région qui est très voisine de Paris.  Si l’on a pu s’imaginer que dans la France qui est tellement centralisatrice, il n’y avait plus de dialectes ou de traits intéressants, on voit qu’en fait, à vingt ou trente kil:omètres de Paris, il y a une zone extrêmement intéressante de faits très curieux, qui posent des problèmes nouveaux, surtout celui de l’influence du français de Paris sur une zone qui résiste quand même beaucoup plus qu’ on ne le pensait.”

 

Mgr Gardette

“On pensait qu’il n’y avait pas de patois, à cette place-là.  Et vous nous en apportez beaucoup.  Vous nous avez montré qu’il y a un Ouest français, assez différent de l’Est et beaucoup plus conservateur.”

19:23 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.