24/08/2011

Le français n'a pas d'unité.

Au Conseil international de la langue française, VA 16/10/1973

2 propositions

“La première est relative à la publication d’ un “Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel”, ouvrage qui a été réalisé par une équipe animée par M. Martinet, professeur à la Sorbonne.  On apprendra à la lecture de cet énorme volume que, sur les 50.000 mots du vocabulaire, 10.000 ont une prononciation instable.”

 

 

Goosse André, Les variations régionales de la phonologie, LB 28/06/1982

 

“Les partisans d’ une orthographe strictement phonologique raisonnent plus d’ une fois comme si tous les francophones avaient le même système articulaire.”

“J’ ai consacré deux chroniques en 1974 au Dictionnaire de la prononciation française dans son usage réel dû à la collaboration d’ André Martinet et d’ Henriette Walter.  Il est fondé sur l’ usage de dix-sept informateurs habitant paris, et il fait disparaître l’ illusion de l’ uniformité que représenterait le langage de la bourgeoisie parisienne.”

“Il faut se réjouir de voir des chercheurs français conscients que notre langue ne présente pas l’ uniformité supposée par des linguistes à qui Paris cache la France et la francophonie.”

 

 

Vaute Paul, mais quel français parlez-vous donc?, LB 03/03/1988

 

“On peut utiliser ‘le’ Walter (Henriette Walter, Le français dans tous les sens, Laffont, 1988) comme un véritable lexique franco-français, ce qu’il est certaine manière, mais aussi comme l’épopée érudite (...) qui nous dit comment et pourquoi 21 mots différents, selon les pays ou les régions, désignent la serpillère (comme wassingue, cinse, loque, panosse en Suisse, torchon en Belgique, ...), comment et pourquoi seize verbes désignent l’action de tourner la salade (dont brasser, touiller, fatiguer, terbouler, ...), (...).”

“Il n’ y a guère qu’ une langue française mais il est plusieurs manières de la parler.”

19:28 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.